5 septembre 2013

Proposition 20* : Nouvelle évangélisation et chemin de la beauté

Dans la nouvelle évangélisation, une attention particulière devrait être portée au chemin de la beauté : le Christ, le « bon berger » (cf. Jn 10,11) est la vérité en personne, le signe de la beauté révélée, qui se livre sans mesure. Il est important de témoigner aux jeunes qui suivent Jésus, non seulement de sa bonté et de sa vérité, mais aussi de la plénitude de sa beauté. Comme l’affirme saint Augustin : « Qu’aimons-nous qui ne soit beau ? » (Confessions, Livre IV, 13.20). La beauté nous attire vers l’amour, où Dieu nous révèle son visage dans lequel nous croyons. Dans cette lumière, les artistes se sentent interpelés par la nouvelle évangélisation et, en même temps, des communicateurs privilégiés de celle-ci.

Dans la formation des séminaristes, l’éducation à la beauté ne doit pas être négligée, ni l’éducation dans les arts sacrés comme nous le rappelle l’enseignement du concile Vatican II (cf. Sacrosanctum Concilium, 129). La beauté devrait toujours être une dimension particulière de la nouvelle évangélisation.

Il est nécessaire que l’Eglise soit vigilante dans le soin et dans la promotion de la qualité de l’art permis dans les espaces sacrés réservés aux célébrations liturgiques, en préservant sa beauté et la vérité de son expression.

Il est important pour la nouvelle évangélisation que l’Eglise soit présente dans tous les domaines de l’art afin de soutenir les artistes dans leur recherche de créativité, par sa présence spirituelle et pastorale, et de favoriser une véritable et vivante expérience spirituelle du salut qui devienne manifeste dans leur travail.

____________

*ROME, mercredi 31 octobre 2012 – Le synode des évêques sur « la nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne » (7-28 octobre 2012) s’est conclu par la présentation à Benoît XVI d’une liste de 58 « propositions », votées au préalable par les pères synodaux.